Le confinement autrement…

Certains d’entre vous ont en mémoire peut-être l’excellent sketch de Raymond Devos sur « les gens qui courent » : « Mais pourquoi courent-ils si vite ? Pour gagner du temps !… » Ce sketch nous rappelle de la course de l’homme moderne ; on ne savait plus vivre sans courir. Même si l’on décide de marcher, la société nous a poussés à courir. Et personne n’a trouvé le bouton « arrêt d’urgence» pour stopper la course de la vie… jusqu’au jour où cette toute petite bête de rien du tout, invisible à l’œil, le coronavirus, n’apparaît … Et nous voilà contraints à nous arrêter, à ne plus bouger, à ne plus rien faire. Notre vie quotidienne est bousculée.

Tout évolue (la vie, l’homme, le temps et l’histoire évoluent), mais la manière de faire du Seigneur, elle, n’évolue pas. Dieu ne sait pas courir. Depuis le premier jour du monde, Dieu a pris le temps de créer l’homme et il a pris tant de temps pour lui faire comprendre qu’il est son Dieu, un Dieu unique qui est miséricordieux, un Dieu qui sauve en son Fils Jésus Christ. Si Dieu a pris le temps pour lui révéler ce qu’il est, l’homme doit prendre le temps pour découvrir ce qu’il fait pour lui. Voilà pourquoi celui qui veut découvrir Dieu en courant ne le pourra jamais. Chaque fois que l’homme veut aller plus vite que Dieu, il court à sa perte.

Le temps de confinement nous est donné pour vivre « autrement » le quotidien et le spirituel. Prenons le temps pour repenser la vie, notre vie, en deux sens : vertical (avec le Seigneur) et horizontal (avec les autres : la famille, les amis, le travail …)
Acceptez de marcher au rythme de Dieu qui n’est pas la course frénétique vers un absolu impossible à atteindre, mais la marche paisible vers le Royaume de l’Amour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *